Ecommoy.fr
Bercé par le soleil et le bois
Logo

Régulation des pigeons

Pourquoi le pigeon bizet prolifère-t-il dans les villes et villages ?

Le pigeon bizet a été domestiqué via la colombophilie. C’est ainsi que sa sélection par l’homme a permis de créer plus de 300 races, ce qui explique la diversité des plumages de cette espèce rencontrée en milieu citadin. Grâce à sa capacité d’adaptation, il a conquis les espaces disponibles dans les greniers des immeubles, les métros, halls de gare et bâtiments neufs.

Animal opportuniste débarrassant les petits déchets abandonnés au sol par l’homme, le pigeon s’alimente très bien par lui-même. Majoritairement granivore, sa colonisation en ville l’a rendu omnivore. Ainsi, il n’hésite pas à piller les poubelles et, tant que l’espace et la nourriture foisonne, il assure une descendance féconde.

C’est donc principalement le fait de le nourrir qui explique sa prolifération. L’adaptation a fait le reste.

Le nourrissage des pigeons est interdit

Nourrir les pigeons n’est pas, comme beaucoup le pensent, une action généreuse. Cette pratique ne fait que favoriser la prolifération de ces volatiles qui, du fait de leur surnombre, finissent par vivre dans de très mauvaises conditions sanitaires. Nourrir les pigeons sur la voie publique est interdit et peut faire l’objet d’une amende de 68 € (article R 632-1 du code pénal-cas 2).

Les dommages créés par la prolifération des pigeons

Le volume d’excréments de pigeons, les fientes, peut atteindre jusqu’à 12 kg par an et par animal. Les fientes sont acides et cette acidité attaque les pierres des bâtiments. Les fientes, les cadavres, les nids ou encore les plumes peuvent obstruer les conduits d’eau, les gouttières, etc. A cela s’ajoutent des nuisances sonores et olfactives (roucoulement, claquements d’ailes, déplacements sur les planchers de bois ou les toits).

Quand la population de pigeons est importante cela accentue les nuisances du fait de la fâcheuse tendance qu’ont  ces volatiles à se regrouper.

Comment réguler la population de pigeons à Ecommoy ?

Ce problème est pris très au sérieux par l’équipe municipale et des pistes sont à l’étude, mais elle n’y arrivera pas seule car la plupart des pigeons nichent chez les particuliers. Il convient donc de mieux contrôler les populations avec des outils et des méthodes permettant de concilier respect de la vie animale et limitation des nuisances.

  • L’installation de picots : ils existent déjà sur la plupart des bâtiments municipaux. Il faudrait que les particuliers, hébergeant des pigeons dans des anfractuosités de leur habitation, étudient la pose de ces dispositifs.
  • La pose de coupelle contenant un gel: celui-ci  émet des vapeurs que le pigeon assimile à une flamme et le fait fuir.
  • Le pigeonnier contraceptif: L’installation de pigeonniers permet de réduire la population par la stérilisation des œufs, de fixer les colonies à des endroits choisis, mais également de surveiller l’état sanitaire des oiseaux.

La première couvée de chaque couple est préservée, mais lors des pontes suivantes, on procède à une stérilisation manuelle des œufs par une simple piqure dans l’œuf qui stoppe le développement des embryons. Les œufs sont laissés en place quelque temps. Ainsi, la femelle continue à couver sans se rendre compte qu’il n’y aura pas d’oisillon et ne déserte pas le nid. De cette manière, les couples installés n’ont qu’une couvée par an au lieu de 6 à 8 habituellement. Il est ainsi possible de maintenir une population maîtrisée sur une zone géographique et limiter les nuisances en d’autres lieux. Un pigeonnier contraceptif permet de réduire les pontes de 50% dès la première année, pour entraîner une décroissance progressive de la population. Le retour d’efficacité maximale se mesure sur le long terme.

La Municipalité a donc décidé  l’installation d’un pigeonnier contraceptif car cela semble la méthode la plus efficace et la moins cruelle pour limiter les populations de pigeons et les nuisances qu’ils occasionnent.

at Praesent non risus. tempus in id ut Phasellus adipiscing fringilla